Retour vers le passé

Les écrits et l'histoire de la BBBL.
Le Lapin Troll
Natural Disasters

Retour vers le passé

par Le Lapin Troll, le 26 Nov 2017, 14:23

Les piliers du Club de l’Apocalypse se jetaient des regards interrogateurs dont la réponse était un haussement de sourcils synonyme d’incompréhension. Le sujet de leurs débats silencieux était attablé au milieu du bar, c’était le Lapin Troll. Tous avaient l’habitude de voir le coach dans l’établissement, mais ce soir là quelque chose clochait: l’écran Cabalvision du bar diffusé le match des Heimseter IFK face aux Uranoos Children, en direct. Aucun n’osait questionner le coach sur sa présence dans le bar plutôt que sur le bord de touche.

De son côté, le Lapin Troll semblait appréciait le moment, une bière à la main et vociférant insultes et quolibets à l’encontre des ogres, et riant aux éclats sur les tacles les plus violent. A côté de lui, Von Gebrachtdrachenberg, son ami et néanmoins nécromant se plaisait à faire des commentaire plus technique, sur un match qui n’avait aucun impact sur le classement, et aucune importance en soi. Malgré cela, la décision de son ami le laissait songeur, au même titre que les autres habitués.
“Ach, ch’ai tout te même tu mal à comprendre, Fous auriez pu fous amusez une ternière fois afec vos amis.”
“Bah, je leur ai dis : ‘Les cocos faites vous plaisir sur ce match, jouez à l’instinct, à fond, et tant pis pour la tactique, c’est votre dernier match éclatez vous.’ Et je savais que si je restais sur la touche ils auraient voulu bien faire, ils se seraient pas lacher. Ils sont champion d’Espoir, faut qu’il profite.”
“Na ja, fous avez surement raisson che suis trop perfectioniste.”
“Ca passe avec le temps ca, l’important c’est de profiter autant que le public.”
Et le public devait profiter, les nordiques rejoignaient l’infirmerie les uns après les autres.
D’un trait il vida sa chope et la secoua en l’air tout en hurlant à l’attention du tenancier pour réclamer la petite soeur.

Quelque temps plus tard, une voix dans son dos annonça : “Celle ci est sur la maison, pour célébrer votre titre à venir.”
Cette voix… Il la reconnaissait, il l’aurait reconnu entre 1000. un monceau de souvenir rejaillit de sa mémoire. Son regard s’assombrit, et sans se retourner il lança d’un ton glacial:
“Los Anreles… Qu’est ce que vous foutez ici?”
Impassible ’homme passa devant eux et déposa les chopes sur la table, s’installant face à eux.
“Mais comme vous mon cher, je viens célébrer votre réussite. Au passé le passé, je vois que vous avez toujours le même style mais qu’il finit parfois par payer. Un excellent sens du spectacle en tout cas.” Son regard avait dévié sur l’écran ou un nordique venait de succomber à l’attaque d’un ogre. Il ajouta “Content de vous revoir également Von Spaten, moi entremise aura tout de même servi à quelque chose.”
Le Lapin Troll restait interloqué par la désinvolture de son ex-employeur. Ce dernier n’avait pas été tendre durant leur collaboration, et c’était un doux euphémisme.
“Qu’est ce que vous faites en Bretonnie ?” reitéra calmement le coach.
“Les affaires, toujours les affaires.”
“Les paris sportifs comme toujours je présume.”
“Non, avec Colline qui a développé sa marque, et le déménagement de la BBBL, l’activité n’était plus au top, je l’ai revendu.”
“Et votre stade ?” La pique n’était pas anodine, il savait que même achevé il n’y avait plus d’équipe de bon niveau pour y jouer.
“Revendu également.” répondit l’homme d’affaire d’un ton détaché. “J’ai d’autres activités maintenant, je suis principalement dans le divertissement, sous presque toutes ces formes.”
“Par exemple ?”
“Par exemple ce bar.” A cette annonce le coach recracha dans sa bière. “vous n’aviez peut être pas remarqué sur la devanture le L et le A majuscule qui se suivent. Ou encore le grand spectacle, j’ai investi dans la Troll Wrestling Federation.”
Le Lapin Troll se remettait de sa toux. Von Spaten lui restait impassible comme s’il arrivait à lire au delà des mots du magnat, qui continua.
“Et c’est justement à ce titre que je vous rends visite.”
“Vous voulez me faire catcher ?”
“Grands dieux non… J’ai suivi votre parcours, de loin. Et je vous dois des excuses.”
“Des ???”
“Je voulais un coach qui puisse emmener une équipe aux sommets, quelqu’un qui réussit à imprimer une rigueur telle à ces joueurs qu’il peut provoquer une défaite si les paris sont alléchants. Et vous n’êtes pas fait de ce bois. Vous êtes la pour la beauté du jeu, pour le spectacle. Pour l’impossible.”
“Je ne suis pas sûr de comment je dois le prendre.”
“Allons soyez réaliste, vous n’avez jamais côtoyé l’Elite, c’est un fait.” L’homme d’affaire fit une pause et fit signe qu’on ramène à nouveau de la bière.
“Alors ce que je vous propose c’est une équipe, sans obligation de résultats.”
“Et vous pensez sincèrement que je vais vous faire confiance ?”
“Oui parce que ce sont principalement des gobelins.”
“Des gobelins?”
“Oui et 2 trolls, Typhoon et Earthquake. Voyez vous, ces deux abrutis se considère les plus forts, alors qu’en fait ils sont juste imposants, et ils ont annoncés lors du dernier shows de la TWF qu’ils n’avaient peur de personne et iraient défier les joueurs de BloodBowl sur leur terrain.”
“Et donc vous leur offrez cette possibilité…”
“Bien entendu, ils ont été assortis d’autres gobelins issus de la TWF le tout pour former une équipe. Comme je le disais, aucun résultat n’est attendu, ce qu’il nous faut c’est du spectacle, des gobelins qui volent, des bombes qui explosent, des coups de tronçonneuse… Peu importe le score.”
“Oui, enfin en attendant ca voudrait dire que je met moi aussi une croix sur des résultats.”
“Mais pas sur votre promotion, ca pourrait vous aider pour la suite lorsque vous changerez d’équipe. J’ajoute que le salaire est conséquent, et que je possède cet établissement.”
“Y en a d’autres des rades…”
“Mais pas ou pouvez boire gratuitement.”
“Ah, comme d’habitude vous ne laissez rien au hasard, néanmoins, hors de question de travailler pour vous L.A. Je n’ai pas la mémoire aussi courte, et je sais qu’il y a une arnaque.”
“Je me répète, mais les gens et les situations changent. A l’époque je vous avais embauché pour une tâche précise, et on ne peut pas dire que vous l’ayez rempli. Les objectifs n’étaient pas les mêmes. J’ajoute que rien ne vous empêche de faire voir le contrat à un avocat avant de le signer. Mais je sens que ca ne changera pas grands choses. J’en viens donc à ma deuxième offre, qui prouvera mon sérieux. Je vous donne l’entière propriété sur l’équipe ainsi que la somme nécessaire à son fonctionnement. Mais je conserve les droits Cabalvision et marketing de l’équipe. Je vous l’ai dit je suis dans le spectacle maintenant.”
Le Lapin Troll sembla réfléchir à la proposition. Pour le moment il n’avait eu aucun contact pour l’hiver, et avoir un salaire décent pour un moment serait une aubaine.
“Les frais d’avocat sont à votre charge, et je veux une clause de désengagement amorçable à tout moment sans match de préavis. Et la mention écrite que je ne paye rien dans ce bar pour la durée du contrat.”
“Cela me semble raisonnable, qu’en dites vous Von Spaten, on ne vous a pas entendu.”
“Tissons que che ne sais pas sur quel pied tanser. Che sais que vous respectez fos contrats mais che sais aussi qu’ils peufent être alampicqué. Et surtout, tes gobelins ?”
“Je vous rappelle que notre ami commun en a déjà coaché, en marge de votre formation d’ailleurs.”
“Ach ja, c’est frai.”
“Faites moi parvenir un contrat L.A. je l'amènerais à un avocat avant de prendre une quelconque décision.”
“Ravi que vous considériez mon offre. Je vais vous laissez car je sens que vous atteignez vos limites. Et quelque soit votre décision, vos consommation de ce soir sont pour moi, je peux au moins faire ca.” L’homme se leva, les salua et quitta le bar, laissant les deux coachs faire le point sur leur situation suite à cette visite du passé.
"Sometimes it's better to light a flamethrower than curse the darkness."
Terry Pratchett

Le Lapin Troll
Natural Disasters

Re: Retour vers le passé

par Le Lapin Troll, le 10 Déc 2017, 15:07

Insomnies

Le Lapin Troll était allongé sur son lit et fixait le plafond, pensif. Il était déjà quatre heure du matin et le coach ne trouvait pas le sommeil.
Il amena à sa bouche son cigarillo, tira une bouffée, puis relâcha la fumée en faisant de petits ronds. Il le regarda prendre de la hauteur sans toujours savoir trop quoi penser de sa rencontre avec Los Anreles. Les souvenirs de sa précédente collaboration avec l’homme d’affaire n’était pas exactement roses. Bien sur ce dernier lui avait permis de se lancer réellement à la BBBL en rachetant les Horned One Pride et permettant leur financement, mais à quel prix? Des convocations d’office à répétition, des consignes de jeu pour obtenir des résultats favorables aux paris, de l’argent versée aux adversaires pour les soutenirs. Bref, de quoi douter largement de ses intentions, malgré l’annonce de son retrait du monde des paris.

La vraie question était de savoir ce qu’il avait à y gagner, ou perdre. Le fait que Los Anreles possède le Club de l’Apocalypse pesait lourd dans la décision, si jamais on lui refusait l’entrée, il aurait à trouver un autre quartier général; et l’idée ne l’enchantait guère. D’autres part les risques semblaient limités, car hormis le spectacle, rien ne lui était demandé. Mais qui serait assez sérieux pour songer demander des résultats à une équipe gobeline. L’attrait d’une saison sans frais d’alcool était de bonne augure, et surtout, c’était pour le moment le seul contrat qu’on lui offrait…
Le coach se mit à réfléchir sur la manière dont il avait rencontré ses équipes et il fallait se rendre à l’évidence : la plupart était des rencontres fortuites, en deuxième lieu des fanatiques skavens venait le voir, et enfin des recherches au bout du monde par lui et son compère Von Spaten. L’amertume le gagna, ses meilleurs résultats avait été un quart de finale et la présente saison avec les HIFK. Son sens du spectacle et du sensationnel ne payait pas. Il n’avait pas de reconnaissance par ses pairs, à part peut-être d’être un gros buveur. Il amusait les gens, par son coaching, comme si chausser du 288 ne suffisait pas. Il se remémorait les matchs face à Ashrame et les remarques acerbes de feu son partenaire de guilde. Les reproches sur son style décomplexé et son absence de résultats. Et pourtant, le Lapin Troll se refusait à céder au sirène du jeu académique qui rendait à son goût le BloodBowl insipide. Les fans ne venaient pas voir un affrontement tactique ou se répétait inlassablement les mêmes scènes, il venait voir du spectacle, des passes impossibles, des esquives le long de la touche, des lancés de coéquipier.

Finalement cette offre était intéressante pour prendre du recul est affirmer la volonté de produire du jeu pour les fans, mais sur le long terme une équipe gobeline serait complexe à gérer. Il faudrait négocier un bon, un très bon salaire, afin de pouvoir se positionner plus favorablement et sans pression lorsque l’aventure avec les peaux vertes prendraient fin. Mais le plus important rester de valider avec son avocat qu’aucune faille dans le contrat ne le mettrait à la merci de Los Anreles.
"Sometimes it's better to light a flamethrower than curse the darkness."
Terry Pratchett


Revenir vers « La Grande Bibliothèque »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit